WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Brabant wallon : Nicola Testa s’engage comme ambassadeur pour WAPA



A l’occasion de la Journée internationale des enfants soldats ce dimanche 12 février, l’artiste belge Nicola Testa s’engage comme ambassadeur pour WAPA (War-Affected People’s Association : wapainternational.org). L’association vient en aide aux personnes victimes de guerre dans des pays post-conflit et soutient notamment la réinsertion des ex-enfants soldats (et leurs enfants) via des programmes de soins de santé, de réinsertion socio-économique et d’éducation.





« Il y a déjà plusieurs années, j’ai découvert l’existence et la problématique des enfants soldats et notamment ceux de Sierra Leone. Ces enfants arrachés à leurs familles par la guérilla, drogués et armés puis renvoyés ensuite dans leur village pour piller, violer et assassiner au sein même de leurs foyers.



Que reste-t-il ensuite de ces enfants qui grandissent en ayant tout perdu, que l’on finit par juger comme des criminels alors qu’ils n’étaient à la base que des victimes?



Comment les aider à refaire leur vie, à survivre, aller de l’avant quand on sait le cauchemar qu’ils ont vécu?

J’ai rencontré WAPA il y a quelques temps. Nous avons parlé des enfants soldats, mais aussi des autres victimes de la guerre en Ouganda et au Sri Lanka, pays dans lesquels elles sont actives depuis quelques années.



Il va de soi que le travail qu’elles effectuent sur le terrain, que ça soit pour les ex-enfants soldats ou toutes les autres victimes de ces guerres, a résonné en moi et m’a rappelé à quel point cette problématique m’avait touché quelques années auparavant. J’ai décidé d’accepter la mission d’ambassadeur qu’elle souhaitait me confier. C’est la dimension humaine et la philosophie de l’association, ainsi que l’énergie dépensée par ces 3 femmes qui m’ont donné envie de les aider. 




Vous pouvez, nous pouvons ensemble, aider ces enfants, ces femmes, ces hommes à retrouver la vie qu’une guerre leur a un jour volé. Sans les forcer à emprunter un chemin déjà dessiné mais en leur permettant de pouvoir retracer celui qu’ils ont un jour perdu. C’est ça, pour moi, le travail de WAPA : tendre un fil entre une vie brisée et une nouvelle vie. »


 






En effet, 10 ans après le conflit en Ouganda (pour rappel, le pays a été ravagé par 20 années de guerre civile entre 1986 et 2006 et 30.000-60.000 enfants soldats auraient été recrutés de force par les rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur), il est frappant de constater sur le terrain que les ex-enfants soldats et leurs enfants sont encore et toujours stigmatisés



Peu ou pas scolarisés pendant leur détention, on leur refuse entre autres un emploi, Aujourd’hui, notre partenaire local Karin Community Initiatives Uganda leur donne accès à une formation spécifique (industrie laitière, micro-crédit,…) et à une activité génératrice de revenus : ils subviennent ainsi aux besoins de leur famille et deviennent des exemples au sein de leur communauté.    




De plus, considérant que l’accès à l’éducation est un élément central pour briser cette stigmatisation transgénérationnelle, WAPA a lancé une campagne SCHOOLS4WAPA autour de la construction d’une école maternelle pour les enfants des ex-enfants soldats, des filles-mères et des orphelins devenus chefs de famille.  




17 classes participent d’ores et déjà à l’action et plus de 20.000 € ont été récoltés sur un total de 90.000€. Plus d’informations sur http://wapainternational.org/fr/105/campagnes/schools4wapa        

Wapa -Nicola Testa
Lu 247 fois
Notez