WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Chloé Sarasola pour Nasoha : "Commençons par prendre soin de nous-même c’est un bon début pour sauver la planète"

Chloé Sarasola, est une jeune femme guidée par une véritable passion. Dotée de notions en médecine, formée en kinésiologie et en gemmologie, Chloé avait pour souhait d’approfondir sa quête du bien- être et d’approcher la médecine de façon plus holistique. Lors d’un travail de fin d’étude, elle réalise que sa démarche et ses idées, jusqu’ici utopiques, pouvaient devenir une réalité. Pour mener à bien son projet, la jeune entrepreneuse est partie à la source.



Chloé Sarasola pour Nasoha : "Commençons par prendre soin de nous-même c’est un bon début pour sauver la planète"
Des chaines de l’Himalaya en passant par l’Australie et l’Amérique du Sud, elle est allée à la conquête du monde minéral. De retour de ses voyages, convaincue par le soin des cristaux, elle a su réunir des trésors purs et intacts qui font le succès de Nasoha depuis bientôt quatre ans.

La gamme de produits, elle, ne cesse d’évoluer avec de nouvelles expéditions consacrées à son développement. Une croissance florissante pour ses produits qui ne tarderont pas à passer les frontières et qui répondent aux besoins des amateurs de bien-être.

« J’ai repris des études en gemmologie que j’ai terminées il y a deux ans. A présent je me consacre à défendre un mémoire soutenu à l’Université de Nantes parce que c’est important pour moi d’apporter une dimension scientifique à ce que je fais, même s’il faut se battre pour faire entendre sa voix » Confie-t-elle.

C’est au cœur du Brabant Wallon, dans les laboratoires d’Alpharôme que Chloé produit elle-même ses produits (élixirs, baumes, sels de bain,...). C’est aussi à IDprinting situé à Waterloo que Chloé confie toute sa communication, c’est une manière pour elle de soutenir le commerce du BW.
 
Pour l’instant, Nasoha est disponible dans une cinquantaine de points de vente et la jeune entrepreneuse ne souhaite pas élargir davantage cette distribution.

Son ambition est de continuer à produire elle-même et de garantir une qualité. Cependant, l’export de Nasoha se fait doucement et devrait voir le jour sur le marché en Israël, en Suisse et en France. « Dans toutes ces démarches, je suis soutenue par l’Awex, mon siège social est basé à Autre-Eglise.» Explique-t-elle.

Au delà des produits, Nasoha c’est aussi une forme de philosophie pour toi avec d’autres projets simultanés.

Peux-tu nous en parler ?

En effet, il y a une démarche éthique qui porte Nasoha.Je reverse une partie de mes bénéfices à deux ONG. Je parraine la scolarisation d’enfants au Sénégal dans le cadre du projet « Futur du Sénégal », un sanctuaire pour éléphants à Chanthaburi en Thailande et je suis également ambassadrice de la TPRF (www. tprf.com) ici en Belgique association qui véhicule un message de paix : trouver la «paix en soi » avant de vouloir la « paix dans le monde ».

Nasoha, c’est bien plus que des petites bouteilles... en effet. 

Chloé Sarasola pour Nasoha : "Commençons par prendre soin de nous-même c’est un bon début pour sauver la planète"
Comment vis-tu l’évolution de Nasoha ?

Je suis profondément reconnaissante parce que j’ai la chance de pouvoir vivre de ma passion. Evidemment je me bats pour mon projet mais je n’ai pas cette impression « de travailler ». Je suis perfectionniste, je fixe la barre très haut, je ne compte pas mes heures... et je fais en sorte que tous mes objectifs soient atteints.

Je réalise mes rêves et je m’en donne les moyens « Aide toi, le ciel t’aidera ! ». Je génère beaucoup d’énergie pour y arriver mais en même temps j’en reçois en retour. Par exemple, mon rapport à l’argent est assez particulier dans le sens où plus je donne, plus je reçois.

C’est la Terre qui me donne mes matières premières et j’ai un besoin de rétribuer d’une certaine façon. Il y a toute une démarche spirituelle à ce que je fais. Je suis très heureuse car je retourne en Thailande dans une semaine, visister des mines de saphirs.

Je m’y sens toujours bien parce que les mineurs respectent la Terre. Je travaille essentiellement avec des mines respectueuses de l’homme et de la nature. Mes différents voyages me permettent de faire les bons choix et de travailler dans la conscience. Donc oui, je suis parfaitement en phase avec l’évolution de mon projet, je le vis très bien.

A qui sont destinés tes produits ?

A tout le monde...Mon approche thérapeutique vise le domaine énergétique, émotionnelle, vibratoire. Il s’agit de soins préventifs et ils ne remplacent en aucun cas la médecine traditionnelle. 

Chloé Sarasola pour Nasoha : "Commençons par prendre soin de nous-même c’est un bon début pour sauver la planète"

Qu’est ce qui te marque le plus dans tes voyages ? 
 
Quand je suis rentrée du Sénégal, je me suis rendue compte qu’au travers de Nasoha, j’avais pu me réaliser en tant qu’être humain. Que la personne que je suis devenue ne se trouve plus dans l’avoir mais plutôt dans l’Etre.

Plus je voyage, plus je retrouve mes yeux d’enfant, mon innocence, ma spontanéité, mon intégrité. J’aime me déposséder de tout ce que j’ai ici et j’ai une facilité à m’adapter sur place ce qui me permet de vivre ces moments avec beaucoup d’intensité. Tout cela m’épanouit...

Comment envisages-tu l’avenir ?

En 2014 c’était la créativité et le développement de la gamme (sels de bain, baumes, 24 nouveaux élixirs,...) en 2015 c'est « Nasoha à l’export ». J'ai également d’être engagée au Laboratoire de Gemmologie à Bruxelles pour donner cours. C’est très motivant pour moi. Je vais également continuer à me concentrer sur mon mémoire. Je terminerai ma formation par un diplôme de diamantaire dans le cadre de mes expertises de pierres serties.
Quoi que je fasse, je reste ancrée au monde minéral, je ne me disperse pas, c’est une passion profonde.

Pour mieux comprendre la lithothérapie

Nous recherchons tous le bien être. Pour l’atteindre, Il est important qu’il y ait une harmonie permanente entre la dimension physique, mentale, émotionnelle et énergétique de notre corps. Lalithothérapie permet de rééquilibrer ces quatre sources de force.
Les cristaux ont des structures géométriquement les mieux organisées dans l’espace, impressionnant l’esprit par la pureté, la perfection de leurs structures cristallines et l’ordre interne de leurs atomes. Parmi tous les cristaux, il existe sept structures cristallines distinctes.

Elles correspondent aux sept centres énergétiques du corps appelés aussi les chakras. On peut distinguer une concordance entre un cristal et un chakra lorsqu’ils ont la même couleur.

On dit qu’ils ont une correspondance chromatique. Par exemple, la Jade et l’Aventurine sont des pierres vertes. La couleur verte correspond au chakra du cœur. Le travail de Nasoha consiste à extraire les minéraux essentiels des cristaux naturels et de les conditionner sous forme d’élixirs, de baumes ou de sels de bain. 


La gamme de produits Nasoha

La gamme Nasoha ne compte pas moins de trente-six élixirs minéraux.

Tous ont été fabriqués à base de poudre de minéraux, issus directement des gisements, carrières et mines, les cristauxsont soigneusement suivis, de l’extraction à la taille passant par lenettoyage.

Ce contrôle permet à la marque Nasoha de garantir l’entière conservation des propriétés et des vibrations de ces puissants minéraux.

Où trouver ?

Les produits Nasoha sont déjà disponibles dans une cinquantaine de points de vente en Belgique voir rubrique points de vente sur www.nasoha.be ou via le formulaire de contact.
Pour acheter en ligne, en attendant l’ou- verture de l’e-shop Nasoha, commandez votre produit sur www.soindetoi.com
www.nasoha.be +32 488 14 58 46 

Jean-François de Lavareille
Lu 1696 fois
Notez