WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Brabant wallon : Un virage vers une consommation énergétique plus respectueuse de l'environnement.



L'objectif de neutralité carbone doit être atteint en Europe d'ici 2050. Afin de réaliser cette ambition, il est essentiel de modifier nos pratiques de consommation et de production d'énergie, à la fois à titre individuel et collectif.


Ce dossier décrit comment le Brabant wallon s'engage à atteindre cet objectif tout en préservant les ressources de notre planète et en réalisant des économies.








Brabant wallon : Un virage vers une consommation énergétique plus respectueuse de l'environnement.
  


Depuis sa création en 1995, la province du Brabant wallon s'est engagée à protéger l'environnement, notamment à travers son Plan Colibri qui met en œuvre de nombreuses actions écoresponsables telles que l'ajout de clauses environnementales dans les marchés publics, l'achat de produits locaux et durables, la promotion de la mobilité douce, le télétravail, le soutien aux communes pour des projets « éco », et des campagnes de sensibilisation.

 

L'amélioration des performances énergétiques des bâtiments provinciaux est l'une des actions les plus importantes en termes d'investissements, aussi bien budgétaires qu'humains.

 
Avec plus de 160 bâtiments répartis sur 30 sites différents, tels que des établissements scolaires, des bureaux administratifs et des domaines provinciaux, la consommation d'énergie et les émissions de carbone sont considérables.



L'objectif du Plan Colibri à l'échelle provinciale est de réduire les émissions d'au moins 12 % d'ici 2030 et d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Le projet "La Gadale" à Jodoigne est un exemple concret de la mise en pratique de cet engagement.


  



 
Des installations modernisées et plus performantes




Depuis 2009, le Brabant wallon a entamé un processus important de modernisation des installations de chauffage de ses bâtiments.
 
Tout d'abord, un cadastre des compteurs de facturation a été établi pour chaque site, puis chaque bâtiment a été équipé de compteurs individuels pour suivre précisément la consommation énergétique. Ces mesures ont permis de déterminer les actions à prendre pour améliorer les installations de chauffage.


En 2015, des études ont été menées pour évaluer l'état des installations techniques. Sur cette base, un plan pluriannuel de rénovation et de mise en conformité de l'ensemble des chaufferies a été mis en place.



Le Brabant wallon a choisi d'investir dans des chaudières à gaz et, depuis 2020, des chaudières à biomasse pour remplacer les anciennes chaudières à mazout polluantes.



Les chaudières à biomasse utilisent des déchets de bois ou des végétaux, tels que le miscanthus, qui ont une empreinte carbone neutre. Actuellement, des chaudières à biomasse sont en activité à l'IPET de Nivelles et à l'IPES de Wavre et ont donné de bons résultats.




À l'IPES, ce changement a également permis la mise en place d'un projet éducatif avec les élèves : Tomorrow Watt.


 



 

Le Brabant wallon a confié à la société coopérative COOPEOS la fourniture d'énergie par biomasse via un marché public. COOPEOS utilise des plaquettes de bois issues de déchets verts produits localement pour fournir de l'énergie.



Cette entreprise a également réalisé d'autres projets similaires en Wallonie et particulièrement en Brabant wallon, tels que des projets à Nivelles, Ottignies-LLN, Tubize, et Genappe. La phase de test est actuellement limitée à deux écoles, mais devrait bientôt s'étendre à d'autres bâtiments, tels que le Château d'Hélécine et le Bois des Rêves.


La rénovation des installations techniques a également permis la mise en place d'une gestion technique centralisée (GTC) pour programmer à distance le chauffage des bâtiments, réduisant ainsi la consommation globale d'énergie.

 


L’abandon progressif des énergies fossiles constitue déjà un gain important, aussi bien en performance énergétique que pour l’environnement. Mais le Brabant wallon a décidé d’aller plus loin encore, avec la mise en place d’un marché d’optimiseur.


C’est ainsi que la société Delpower s’est vu confier la mission d’analyser, année après année, la consommation énergétique des bâtiments provinciaux et de paramétrer les équipements techniques de chauffages afin d'en optimiser l'utilisation. Là encore, il s’agit d’une phase de test limitée pour le moment à quatre sites: Campus BW (le siège de l’administration au Zoning Nord de Wavre), l’IPES Wavre, l’IPET Nivelles et l’IMP Nivelles. Ces sites représentent environ 15% du patrimoine immobilier provincial.


Les bénéfices du système devront être évalués de manière plus complète avant de l’étendre à l’ensemble des bâtiments. Mais les résultats sur les deux dernières années sont déjà très encourageants. Actuellement, l’effort d’efficacité énergétique du Brabant wallon correspond aux objectifs européens. S’il se poursuit au même rythme, la neutralité Carbone sera bien atteinte en 2050. Quant aux économies réalisées, leur impact sera multiplié par l’augmentation spectaculaire du coût de l’énergie (jusqu’à 3,5 fois plus chère) provoquée par la guerre en Ukraine.


  



  
Projet «La Gadale»: le centre sportif de Jodoigne sera chauffé au miscanthus


  Le 3 mai 2022, la construction du futur centre sportif de Jodoigne a été lancée par les autorités provinciales et communales. Ce centre comprendra un hall sportif, une piscine, une salle culturelle ainsi que plusieurs terrains de sports extérieurs. Le chauffage sera assuré par une chaudière à biomasse produite localement, à partir du miscanthus cultivé sur diverses parcelles des alentours.

 
Le miscanthus, qui sera planté pour une durée de 20 ans et récolté dès la deuxième année, ne nécessite aucun apport d'engrais. Il est également efficace pour lutter contre les coulées de boue en poussant aux abords des champs. Le projet "La Gadale" a été accompagné depuis le début par le Brabant wallon, qui soutient la recherche sur le miscanthus depuis 2014 en octroyant une subvention à l'asbl "Centre Indépendant de Promotion Fourragère (CIPF)".


Le CIPF étudie l'utilisation du miscanthus dans la lutte contre les inondations et guide les agriculteurs qui souhaitent en planter. Cette nouvelle ressource pourrait s'avérer cruciale pour la production d'énergie dans les années à venir.

  

Brabant wallon | Un virage vers une consommation énergétique plus respectueuse de l'environnement.
Lu 105 fois
Notez