La nuit qu’on suppose Un film à voir, le 9 février à Genappe.

Benjamin d'Aoust remporte le Magritte du meilleur documentaire avec "La nuit qu'on suppose" ce samedi 1er février 2014!

Inspiré d’une citation de Jorge Luis Borges Le monde des
aveugles n’est pas la nuit qu’on suppose le film du belge Benjamin d’Aoust nous emmène
dans le monde de ceux qui ne voient pas. Telle une œuvre d’art avec ses nuances et ses
subtilités, cinq aveugles nous décrivent ce monde obscur dans lequel ils sont
plongés. A découvrir dans le cadre du cycle de films documentaires la Boîte à Docs du
Centre culturel de Genappe, en présence du réalisateur.



Synopsis 
A quoi ressemble le monde pour ceux qui ne le voient plus, ne le voient pas ou qui ne 
l’ont jamais vu ? Qu’y-a-t-il dans cette nuit sans fond, ce noir profond que l’on 
imagine tous ? 
Brigitte, Danielle, Hedwige, Bertrand et Saïd ont perdu la vue à différents stades de leur 
vie. Impliqués dans des activités créatives comme la danse, la peinture, l’écriture ou 
la musique, chacun à sa manière, a trouvé un terrain d’expression, une façon d’investir la 
réalité où, excepté une déficience visuelle, aucune autre dimension ne lui échappe. 
Brigitte est avocate et skieuse amatrice, Bertrand réalise des contes pour enfants 
aveugles, Hedwige fait de la peinture et Saïd de la danse. Tout à tour, au travers 
d’anecdotes sensibles, ils nous parlent de ce monde où l’image est autre et où naissent 
d’autres manières de « voir ». 
 

« La nuit qu’on suppose » de Benjamin d’Aoust 
Sorti en salles le 14 janvier dernier, le film renvoie à la question du regard et du lien 
que nous entretenons avec nos sens, le monde et les autres. Il y a un réel parti 
pris esthétique du réalisateur qui, pour coller au plus près de son sujet, s’engage en 
quelque sorte à le mettre en images. Un travail qui nous rappelle que le documentaire 
peut aussi offrir ce genre d’intervalle poétique. 
Car, de nos absences, de nos manques, de nos impossibilités naissent parfois d’autres 
beautés, d’autres savoirs… 
 
Ecrit et réalisé par Benjamin d’Aoust. 
Une production d’Hélicotronc et coproduit par le RTBF. 
Image de Virginie Surdej et son d’Aline Huber et Jean-François Levillain. 
Montage de Cédric Zoenen et mixage de Philippe Charbonnel. 
Production d’Anthony Rey. 
 
Le film est prénommé au Magritte 2014 du meilleur documentaire.

 « La Boîte à Docs » : un cycle de films documentaires 
Accessible, convivial et de qualité, ce rendez-vous lancé en septembre dernier par le 
Centre culturel de Genappe est une véritable fenêtre ouverte sur la société et la 
création cinématographique, belge de préférence. 
Des propositions soigneusement sélectionnées donneront l’occasion aux amateurs de 
cinéma ou à toute personne intéressée par les sujets développés de se rencontrer et de 
discuter avec les réalisateurs. On le constate à chaque fois, cet échange apporte un 
éclairage nouveau et plus en profondeur. 
Ces rendez-vous sont programmés toutes les six semaines environ dans les locaux du 
Centre culturel. 
 
En périphérie 
En marge de cette projection, la bibliothèque de Genappe (Espace 2000) propose une 
sélection d’ouvrages en lien avec les thématiques abordées par le film programmé. 
Infos : 067/ 79 42 91. 
 
 En pratique 
Date : le dimanche 9 février 2014 
Horaire : 14 heures 
Durée du film : 73 minutes 
Adresse : Centre culturel, rue de Bruxelles 14 à 1470 Genappe (nombre de places limité) 
Prix : 2 € - accessible article 27 
En présence du réalisateur. 
 
 
Contact et réservations 
Centre culturel de Genappe 
rue de Bruxelles 14 - 1470 Genappe 
 
@: info@ccgenappe.be - Tél./fax : 067 / 77 16 27 
 
 
 
- Photos à télécharger via ce lien http://www.ccg

Lu 187 fois
Notez