WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !




Les voies de la gourmandise sont parfois impénétrables… Claire et Benoît Decelle le démontrent au quotidien dans leur Rève Richelle de Waterloo. Ces deux-là forment un couple magnifiquement investi dans leur métier de restaurateur, eux que pourtant rien au départ ne destinait à l’Horeca.




Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !



Une performance d’autant plus remarquable que c’est seulement à deux, sans aucune aide extérieure, qu’ils assument toutes les tâches de l’établissement.



Avec un père pharmacien, Benoit Decelle n’était pas à proprement parler destiné à la cuisine, si ce n’est que, depuis sa plus tendre enfance, il avait l’amour du bien manger. C’est comme cela que notre homme se retrouva un beau jour à l’Ecole hôtelière de Namur, en compagnie de condisciples comme Eric Boschman ou Gérald Wathelet…



Une fois diplômé, pour parfaire sa formation, après un passage aux Jardins d’Agrippine, Benoit se retrouve dans les cuisines de la « Villa Lorraine » et celles de « l’Ecailler du Palais royal », à l’époque où ces deux maisons prestigieuses appartenaient encore à leur fondateur, Marcel Kreusch.  

 

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !



Singapour


Fort de ce bagage plus que sérieux, il passe ensuite à la « Pomme Cannelle », alors au cœur de la galaxie Michiels, et décide ensuite de franchir nos frontières pour aller parfaire ses connaissances à Singapour, ceci pour la chaîne Sheraton. Un séjour qui, aujourd’hui encore, influence sa manière de cuisiner.



De retour en Belgique, il œuvre un temps au « Côté vert », à Waterloo, lorsque, dans la même ville, se crée le « Business Park » également connu sous le nom de « Sucrerie ». Comme une belle villa est précisément disponible en face du complexe, Benoit n’hésite pas longtemps et il décide de se lancer dans sa propre aventure en 1991, voici précisément un quart de siècle.



 

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !



Succès


Située Drève Richelle, la belle bâtisse devient tout naturellement le « Rêve Richelle ». Relativement discrète, la belle façade ne laisse pas supposer à priori que l’on ici affaire à un restaurant.


C’est qu’au départ, un peu dépourvu de moyens, notre homme avait renoncé à placer une enseigne très visible. Le succès ayant rapidement été au rendez-vous sans la présence de celle-ci, il n’a, très intelligemment, jamais jugé nécessaire d’en placer une !



La salle à manger, sobre et discrète dans ses tons clairs, confère une atmosphère de sérénité et de calme qui sert de parfait écrin à la cuisine enjouée de Benoit. Elle est totalement le reflet du bon goût de Claire, qui en a assuré la décoration.



Ceci tout autant que la belle terrasse arrière, ouverte sur un magnifique jardin, qui fait de l’ensemble un endroit magique pour un déjeuner au soleil ou un dîner tout aussi estival.  Avec, en plus, le soir, un très bel éclairage de table coloré.




Comme l’explique le patron, « aujourd’hui, le Rêve Richelle est plus que jamais une histoire d’amour. Entre mon épouse, Claire, et moi bien sûr. Mais également entre celle-ci et les clients et, enfin, entre moi et ma cuisine »

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !



Aucune aide extérieure


C’est que, comme évoqué plus haut le couple assure toutes les tâches du restaurant sans aucune aide extérieure ! Un duo indissociable avec la véritable énergie que Claire a pu conférer à son mari. Une véritable muse pour celui-ci, à qui elle procure autant de souffle que d’inspiration.



 Au départ, la jeune femme avait poursuivi une formation d’interprète. Un diplôme qu’elle n’a néanmoins pas hésité à compléter par une solide formation en gestion hôtelière. C’est elle qui assure à la fois l’accueil, le service, ainsi que… la gestion de la cave !




En effet,  dotée d’un manifeste sens de la découverte gourmande, Claire n’a pas son pareil pour dénicher, au sein d’une sélection aussi éclectique qu’abordable, les crus qui vont accompagner la cuisine de Benoit. Signalons, dans cette optique, une très intelligente politique de vins au verre !




La gastronomie du Rêve Richelle, qui repose avant tout sur de beaux produits, se veut à la fois classique et ouverte sur le monde, avec de belles touches extrême-orientales. En témoignent par exemple un épatant homard au melon « comme à Singapour » ou encore un filet de bar relevé de mirin et de soja avec du quinoa, deux préparations qui témoignent à la fois de la précision des cuissons et du sens des textures du chef.


 

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !



Préparations maîtrisées


A côté de cela, des préparations plus classiques mais tout aussi maîtrisées, comme, par exemple, une belle joue de lotte flanquée d’asperges et de mousserons, montrent bien que Benoît a fait ses classes dans de belles maisons. Ceci, bien entendu, pour le plus grand plaisir de clients habitués, généralement conquis dès leur première visite.



A la carte ou à travers le joli menu cinq services (deux entrées, entremet, plat, dessert) à 49 € (qui peut être réduit à trois services au prix de 37 €), tout le monde trouve ici son bonheur, d’autant plus que, pour les groupes d’au moins 20 couverts, le restaurant est automatiquement privatisé.



Facilement accessible aux personnes à mobilité réduite car de plein pied, sans aucun souci de parking, voilà bien une adresse d’un magnifique rapport qualité prix qui, malgré ses 25 ans, mérite largement d’être découverte à nouveau, à la fois pour l’excellente cuisine de Benoît mais aussi pour la qualité de l’accueil de Claire!

Le Rêve Richelle souffle ses 25 bougies !




Rève Richelle,


96 drève Richelle à 1410 Waterloo.


Tél. 02/354.82.24. Web : www.reverichelle.eu


Ouvert du mercredi au samedi de 19h00 à 21h00, le dimanche de 12h00 à 14h00.


Fermé le lundi et le mardi (sauf banquets.)


 

Rêve Richelle Waterloo
Lu 873 fois
Notez