WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.
Partager

PUSSYFY : Vivre ses règles en liberté !



Maman de trois enfants, Nathalie Assi est maquilleuse free-lance au théâtre royal de la Monnaie. Mais ce n’est pas tout.


Active et entrepreneuse, elle a déjà eu plusieurs vies et après avoir travaillé dans de belles maisons de l’Horeca bruxellois, elle fait de la danse et prend le temps de voyager.


Un jour elle décide de participer à des séminaires de développement personnel. Et là, lui vient l’envie irrépressible d’un nouveau challenge.






À cette époque, elle est interpellée par des publicités qui parcourent régulièrement Facebook, vantant des coupes et des culottes menstruelles.


Au même moment, des amis achètent une grande ferme près de chez elle, se lancent dans la permaculture et prônent la biodiversité.
 
Son mari, très sensibilisé à l’écologie, ne cesse de lui parler de la nécessité d’un retour au naturel. 


Synchronicité ? Toujours est-il que tout cela résonne en elle et que le déclic se fait : Nathalie veut vendre des protections hygiéniques naturelles et réutilisables aux femmes et aux adolescentes. 


 


On le sait, de nombreuses études mettent en évidence la présence de résidus de phtalate et de glyphosate dans les protections hygiéniques féminines, tampons ou serviettes.


L’un est suspecté par l'Agence européenne en charge des substances chimiques de pouvoir altérer la fertilité, l’autre n’est pas plus réjouissant, cet herbicide est classé « cancérigène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer. C’est assez inquiétant, surtout quand on imagine le nombre de tampons qu’une femme utilise sur une vie !


Des chocs toxiques se sont d’ailleurs manifestés chez des jeunes filles. 


L’idée de Nathalie est de vendre en ligne, de faire du e-commerce, de manière à rendre ses articles très accessibles. Elle commence donc par faire ce qu’on appelle du « drop-shipping ». Expérience  non concluante qui ne durera pas trois jours.


Ça ne correspond pas du tout à la démarche responsable, écologique et locale qu’elle envisageait et elle en tire des leçons pour mieux avancer en accord avec ses principes. Elle veut offrir aux femmes des produits qui répondent à ses critères. Parce qu’elles le valent bien !


Toujours dans le but de vendre via internet, Nathalie a créé sa marque, « Pussyfy » et fait fabriquer ses culottes en Belgique. Ce sont des produits 100 % belge. On adore ! 

 



Actuellement, les serviettes viennent encore de Chine mais à terme, elle les fera aussi produire dans le royaume. Les cups quant à elles proviennent de Marseille parce qu’il n’y a aucun fabricant chez nous. 
 
La société française Mïu, établie à Cavaillon, les réalise dans deux tailles et deux souplesses, en silicone médical, pour une utilisation sur plusieurs années.


En fonction de son flux, de son mode de vie, de ses besoins du moment, chaque femme choisira l’une ou l’autre et pourra la garder jusqu’à douze heures. Pour une sécurité maximale, il est évidemment possible d’associer une cup avec une serviette ou une culotte. 

 
Les culottes sont confectionnées dans trois niveaux de protectiontrois coloris et trois tailles ado1012 et 14 ans. Ces deux dernières peuvent tout à fait être portées par des femmes adultes de corpulence mince ou moyenne. Les culottes pour dames sont en cours de fabrication et seront prêtes tout prochainement.


Noires, avec une finition en dentelle pour le côté féminin et sexy, elles se déclineront, dans un premier temps, 
du 36 au 44. C’est bien dans les projets de Nathalie de pouvoir répondre à des femmes qui ont une taille supérieure. 



L’extérieur est en 100% bio, l’intérieur est un mélange de 15% de coton bio, de 30% de fibres de bambou, de 5% de polyester et de 50% de tissu imperméable. La protection est optimalisée par la serviette qui remonte bien à l’arrière, pas de crainte de débordement, pas d’angoisse de la tâche ! 



L’entretien est super facile puisqu’elles se lavent en machine à 30°. Nathalie conseille le séchage à l’air libre, histoire de les conserver au top le plus longtemps possible, c’est-à-dire jusqu’à trois ans !

 
On croit rêver ! Non seulement, on respecte son corps, on participe à la protection de l’environnement en évitant une quantité hallucinante de déchets et on fait du bien à son portefeuille. Le coût de l’achat de protections hygiéniques est colossal dans une vie de femme, depuis le début des règles jusqu’à la ménopause complète.


En investissant dans du réutilisable, même si le montant de départ est évidemment plus important que le prix de quelques boîtes de tampons ou serviettes, sur le long terme, on est plus que gagnante ! Imaginez les petits plaisirs que vous allez pouvoir vous offrir avec ces belles économies ! Un massage par-ci, un soin du visage par-là, une nouvelle tenue, un resto, un voyage … 


Il est bon de signaler que ces culottes peuvent être utilisées par des femmes confrontées aux fuites ou autres problèmes urinaires. On n’en parle peu et pourtant, nous sommes nombreuses à souffrir en silence de ces désagréments. Voilà une solution. 
 
Dernière chose, c’est très rassurant de savoir que Nathalie gère tout de A à Z. Derrière le site internet, il y a une femme qui peut vous aider et vous conseiller.


Elle s’occupe de l’envoi et a choisi BPost pour la sécurité et la rapidité. Cerise sur le gâteau, les emballages sont super chouettes ! 



Alors, qu’attendons-nous ? Il faut juste franchir la petite appréhension de la nouveauté, et essayer. Et comme on dit, « l’essayer c’est l’adopter »



➡️ www.pussyfy.com


PUSSIFY : Vivre ses règles en liberté !
Lu 847 fois
Notez