WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Waterloo à l’honneur à Londres

À l’approche du Bicentenaire de la Bataille de Waterloo, les initiatives se succèdent en Belgique comme à l’étranger. Rien qu’en Angleterre, l’association “Waterloo 200” a comptabilisé plus de soixante événements. Cela va du bal de charité à la vente publique d’objets ayant appartenu au Duc de Wellington, en passant par une exposition virtuelle, un cycle de conférences, une parade, voire une course cycliste. À Londres, trois expositions prestigieuses méritent un déplacement.



Waterloo à l’honneur à Londres
À tout seigneur, tout honneur, c’est au château de Windsor que la Reine Elizabeth a décidé de mettre en valeur ses souvenirs personnels. En parcourant toutes les pièces de ce splendide édifice, le visiteur découvre des objets aussi mythiques que la Waterloo chair”, réalisée avec le bois de l’orme de Wellington, les vêtements de Napoléon récupérés lors de la capture de sa berline à Genappe, quelques autres prises de guerre, mais aussi une collection impressionnante de gravures du Champ de Bataille de Waterloo, tout à fait inconnues de nos historiens.

Ainsi que les drapeaux français que, chaque année, les descendants du Duc de Wellington remettent à la Reine, dans le cadre pres- tigieux de la
Waterloo Room, en échange de la propriété qui leur est affectée à Stratfield Saye. Waterloo at Windsorest à voir jusqu’au 13 janvier 2016.

Au British Museum, c’est une amusante exposition consacrée à la relation entre Bonaparte et les Anglais qui est proposée. On peut y voir des centaines de caricatures relatives à l’Empereur, et particulièrement des documents peu flatteurs évoquant sa défaite. À voir jusqu’au 5 août 2015. L’entrée est gratuite.

La troisième exposition de prestige est proposée par la National Portrait Gallery et est consacrée au Duc de Wellington. C’est toute sa carrière qui est relatée au travers de portraits ou de documents inédits, pas toujours flatteurs d’ailleurs. Car si Wellington fut
respecté comme chef de guerre, il ne le fut pas comme homme politique... ainsi que le prouvent certaines caricatures. Une exposi- tion, parfait complément de Napoléon-Wellington : destins croisésproposée au Musée Wellington de Waterloo. À voir, à Londres, jusqu’au 7 juin. L’entrée est, là aussi, gratuite.

Précisons encore que l’engouement est tel, à Londres, que, alors que la France célébrait le bicentenaire du débarquement de l’Empereur à Golfe Juan, la célèbre Arche de Wellington a, le 10 mars dernier, bénéficié d’un mapping évoquant la future grande reconstitution de Waterloo.
Yves Vander Cruysen 

Lu 107 fois
Notez