WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.
Partager

Jonathan Vanbellinghen, le brainois aux moultes casquettes


Diplôme de bioingénieur, professeur de mathématique et de sciences au Sacré Coeur de Nivelles, photographe et vidéaste chez Greenfography, sportif accompli, candidat à la saison 6 de Ninja Warrior, créateur d’une asbl Reborn qui proposera des cours complets de sports un peu particuliers composés de différentes disciplines comme la gymnastique, l’escalade, le parkour, la danse, le yoga, la boxe, le crossfit, … destiné pour les personnes de tout âge sportifs ou non.

Jonathan Vanbellinghen, jeune brainois, n’a pas de quoi s’ennuyer.



Jonathan, seul belge finaliste de «Ninja Warrior»
Jonathan, seul belge finaliste de «Ninja Warrior»

BRABANT WALLON
D’où vient-il ? 
Il vient de Braine-l’Alleud. Toute sa famille vient du Brabant wallon. 
Il est proche de la capitale et trouve ça très sympa. 

Endroits préférés dans le BW ?
  • Le bois de Hal
  • La région de Villers-la-Ville avec son Abbaye
  • Le château de La Hulpe
 
Restaurants préférés ? 
Dans le centre de Braine-l’Alleud, il adore : 
  • Fromton : qu’il trouve très sympa
  • Alino : il l’a essayé il y a peu avec sa femme Maxane. 
 
Son endroit préféré dans le BW ? 
« Ma maison » a-t’il répondu instantanément en riant.

Ndlr : Comme quoi on n'est jamais mieux que chez soi. 
 
Un endroit où il va toujours avec plaisir est le château de La Hulpe. Il trouve le parc vraiment magnifique. C’est un endroit qu’il adore.


ACTUALITÉ
Ce qui l’a poussé à participer à Ninja Warrior ? 
Je fais 2 sports qui sont vraiment indispensable ou presque pour Ninja Warrior. Ce sont le parkour et l’escalade. Je pense que pour les personnes qui font ces sports-là, Ninja Warrior reste un peu en tête.

« C'est quand même une émission mythique, vraiment emblématique de TF1 qui représente l’effort, le challenge, …
 
Et du coup, je me disais que ce serait quand même drôle. Je commençais de plus en plus à y penser pour la saison 5. Et justement, à ce moment-là , en scrollant (faire défiler un contenu sur un écran informatique) sur les réseaux sociaux, il y avait l’affiche pour les candidatures qui est apparue. J’ai cliqué et du coup tout envoyé. J’ai eu la chance d’être sélectionné pour la saison 5. Je n’ai pas été à cause de la covid-19. J’ai donc été repris pour la saison 6. »

La chose la plus mémorable qu’il ait vécue dans cette émission ? 

« Pour moi, le meilleur moment, le meilleur souvenir que j’ai de l’émission c’est le duel en quart de finale, la battle avec la tour d’acier, avec Johan Varcas qui est un jeune grimpeur français ingénieur aussi. Il est devenu un pote. On a super accroché, on s’est très bien entendu.
 
On a ce moment dans les duels, où on est vraiment en parallèle. C’est incroyable, c’est une nouveauté de cette année-ci. C’est génial parce qu’on a cette adrénaline de voir l’autre personne en parallèle, en même temps que soi. C’est la seule épreuve qui est vraiment de ce genre-là. C’est donc le « kiffe intégral ». 
 
Vu qu’on est devenu potes, il y avait ce côté négatif en se disant qu’on risquait d’éliminer un ami. Du coup, cela voulait dire qu’il n’y aurait qu’un seul de nous deux qui passerait mais, en même temps, si on perd, on est quand même content que l’autre passe. 

C’était franchement très sympa. »

Ses objectif en participant à cette émission ?

Ses 3 objectifs principaux c’était de :
 
  • Ne pas tomber au premier obstacle 
« Ça je suis bien content parce que sinon ça fait beaucoup de trajets et d’investissements pour pas grand chose. »
 
  • Réussir le méga mur
« Malheureusement ce n’est pas passé. J’étais trop fatigué. Je suis arrivé en bas. Je savais que je n'y arriverais pas mais j’ai quand même tenté. » 
 
  • Arriver en finale 
« Ça c’est cool car je pense être le premier belge à avoir atteint ce niveau-là. »

« Maintenant dans mes objectifs, c’était principalement de participer à une émission vraiment fantastique qui est comme je disais « emblématique » dans le monde du sport et le côté fun, le côté challenge et c’est vraiment essayer de voir ce que c'est en vrai, de voir jusqu’où on peut aller et avoir un souvenir de fou. »


Il est professeur, comment réagissent ses élèves au fait qu’il ait participé à cette émission ? 

« C’est chouette car je suis professeur de sciences et de mathématique et pas le professeur de gym, d’EPS. On pourrait se dire que c’est un peu plus normal donc ça choque un petit peu. 

Je n'ai pas fait que participer, j’ai réussi à aller jusqu’en finale donc ça leur fait un autre petit truc et du coup c’est vraiment chouette. 

Je peux leur expliquer comment ça s’est passé. Ils me posent bcp de questions. La plupart c’est vrai ils sont assez fiers et c’est vraiment chouette. Ils m’ont suivi, ils lisent un peu les réseaux sociaux et donc c’est vraiment sympa. »
J’ai reçu une pancarte par une classe où ils ont tous signés, ils ont écrit félicitation et tout. C’était trop chou comme petite surprise. 

Les conseils qu’il donnerait aux personnes qui veulent aussi participer à cette émission ? 

« Cela dépend déjà des objectifs qu’on a. 
 
De toute façon, il faut quand même penser à s’entraîner

Évidemment, c’est un challenge physique et sportif important. Si on ne veut pas s’écraser tout de suite, il faut avoir des compétences. 

Même si on tombe sur plus fort que soi, c’est quand même important de vraiment maîtriser la base. Faire de l’escalade, faire du parkour, travailler son agilité, être complet, être régulier. Ça c’est important, mais aussi y aller peut-être pour le côté fun. 

J’ai vu qu’il y avait pas mal, enfin quelques personnes, qui étaient des compétiteurs dans l’âme. 
Certains se mettaient fortement la pression.
 
Moi j’y suis allé pour le fun et essayer de profiter de l’expérience. Je pense que c’est le meilleur état d’esprit à avoir. 

Donc il faut s’entraîner, espérer le meilleur, se préparer au pire aussi parce que la moindre erreur on la paie et on peut finir à l’eau directement. »


Reborn ? 

« Le but de Reborn est de développer vraiment dans la région de Braine-l’Alleud et du Brabant wallon quelque chose qui n’existe pas. C’est vraiment quelque chose qui manque je trouve. 

Donc une phrase que j’aime bien pour me décrire que je vais utiliser pour Reborn c’est : 
« Je suis bon en tout mais, le meilleur en rien » 

C’est-à-dire que moi, je n’aime pas du tout la spécialisation, ne faire qu’un seul sport et être le meilleur dedans. C’est quelque chose qui moi ne m’intéresse pas. 
 
Je trouve qu’il y a des personnes, je vise principalement les adultes de par exemple la quarantaine, qui veulent se mettre ou remettre au sport et souvent ils ont 2 choses en tête. Soit je vais dans les salles de sport, style Basic fit, soit je vais faire du running. 

C’est bien, c’est une bonne chose mais, la plupart des gens ne tiennent pas. 

Personnellement, ce genre de choses, je trouve ça super chiant. 

 
Du coup, j’ai vraiment envie de développer une société, Reborn, qui a  pour but d’offrir des activités complètes où les gens vont pouvoir travailler pleins de compétences différentes comme la force, l’endurance, l’agilité, la vitesse, l’audace, l’entraide. Toutes ces choses comme ça en abordant pleins de disciplines différentes aussi. On va faire un petit peu de gym, de danse, d’arts martiaux, de yoga, ... »

J’ai fait beaucoup de sports différents et donc j’intègre tout ça dans des cours complets, sécurisés et ludiques.

Infos complémentaires sur Reborn

3 grands réseaux : 
 
1. Le site internet  rebornasbl.be
Les informations d’inscription seront très bientôt disponibles mais il y a déjà beaucoup d’informations sur les différents cours, sur les différents endroits et  sur les différentes disciplines. 
Par exemple, il y a des cours enfants et ado de parcours mais aussi des stages durant les grandes vacances. 
 
Donc Reborn va ouvrir dès le mois de juillet avec des stages de parkour et acrobaties qui se remplissent déjà bien d’ailleurs, pour les jeunes de 8 à 14 ans environ. Ces stages se dérouleront au Collège Cardinal Mercier (Chaussée de Mont-Saint-Jean 83 à 1420 Braine-l’Alleud). 

Il y a donc le site internet où les informations arrivent régulièrement. 

2. La page Facebook : Reborn asbl

3. Le compte Instagram : jon_vanbell

C’est son compte perso, orienté pour l’instant sur Ninja Warrior. Une fois que ça sera terminé, il compte communiquer sur Reborn

Autres projets pour le futur ?

-Rigole-

« J’avoue que ma vie est déjà pas mal remplie. Donc pour l’instant, je suis professeur, je lance une asbl, je suis des cours de parkour et suis photographe sur le côté. Je ne m’ennuie pas dans la vie.

L’objectif est normalement, lorsque Reborn sera bien lancé après 1, 2 ou 3 ans, d'investir dans ma propre salle de Ninja Warrior et de parkour.

C’est quelque chose en pleine expansion qui pourrait très bien fonctionner et qui ferait plaisir à beaucoup de personnes et aussi pour faire découvrir cette discipline à celles qui ne la connaissent pas. 
»
 

Ce n’est pas seulement pour les enfants et les adolescents, les adultes oublient que ce sont des cours qui peuvent tout à fait être adapté à eux aussi. 



Phrase de conclusion

« Allez voir rebornasbl.be » dit-il en riant. 

« Non, je dirais quelque chose qui mélange justement assez bien ma vision globale de Ninja Warrior et de Reborn asbl c’est : 
 
« Le mouvement c’est la vie » 
 
Je crois que ça résume assez bien parce que ça lie tout. C’est vraiment l’amour du mouvement, de l’art du déplacement et de la transmission. Ce mouvement est vraiment essentiel pour tout le monde, pour rester en bonne santé. » 

Pour plus d'informations : 
Site web : https://rebornasbl.be/
Facebook : https://www.facebook.com/rebornasbl
Instagram :  jon_vanbell

Jonathan Vanbellinghen, le brainois aux moult casquettes
Lu 813 fois
Notez