WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Typh a mis la Barrow



Avant de rencontrer Typh Barrow, je me faisais des films. Un nom pareil fleure le personnage mystère d’espionne avec un alibi de vie extraordinaire.
Je m’attendais à rencontrer un vrai personnage de fiction surtout lorsqu’on écoute ses morceaux.
Cette voix magique et envoûtante. Mon excitation était au comble. J’allais entrer dans une nouvelle dimension.




Rien de tout cela, c’est une jeune et très jolie femme humble et d’une gentillesse infinie qui débarque. Un mélange de charme de Marie Gillain, d’humilité de Cécile de France et de beauté de Viktor Lazlo. Tout le monde reste la bouche ouverte quand elle entre dans la « cafet » d’un business Center de l’Axis Park à Louvain-la-Neuve.
 
Et puis tout me revient, il y a quelques années, dans un événement golfique très VIP, ce petit bout de femme cachée derrière un énorme piano avait envoûté un public pourtant blasé qui a déjà tout connu. Une voix qui nous fait croire qu’il y a un double fond dans ce petit corps. Elle avait été chercher ce public avec un audace incroyable dans un concert acoustique. Seule avec son grand piano. Sous une tente sur les hauteurs de Liège. Une star était née devant mes yeux. Très longue standing. J’étais conquis. Les bras ballants, scotché, bluffé,

 

Son enfance

Depuis, elle a fait son chemin. Toute seule. Après une enfance heureuse, une formation classique de piano et solfège. Avant de se lancer dans la chanson, elle a rempli sa mission pour ses parents de réussir des études de droit à St Louis. Son véritable nom, c’est Tiffany Baworowski. D’où le diminutif Typh Barrow. A l’image de ce qu’elle est. Simple. Très simple. Elle cartonne en Allemagne et en Espagne. Et même chez nos amis du nord de notre plat pays. Elle commence à se faire une très jolie place au soleil.
 
« Je me suis fait les pieds dans les bars » déclare-t-elle. « Je me suis un peu à l’école de BJ Scott que j’adore. Elle m’a demandé de l’aider à coacher les jeunes de The Voice. Elle est venue faire les coeurs dans mon album. Cela s’est terminé par un véritable duo sur son nouvel album ».

On compare régulièrement sa voix à celle d’Amy Winehouse ou d’Adèle. Voix qu’elle a failli perdre suite à un kyste sur ses cordes vocales. Cela s’est passé en plein concert. Un cauchemar pour elle. Elle refuse l’opération par peur de casser définitivement sa voix.
 
Depuis, elle prend soin de son corps, de sa santé et de son organe. Elle pratique la zen attitude et la méditation. Lors de notre rencontre, elle revenait d’un séjour au Vénézuela où elle avait pris le temps de s’intéresser à elle. A se protéger.
 
Elle adore les fringues. J’ai demandé à Marie Guerin, rédactrice en chef d’Elle Belgique, ce qu’elle pensait du tayloring de notre starounette
« Typh a un côté lumineux tout en ayant un aspect garçon manqué vu sa voix atypique. Elle adore mettre des tenues de mec avec beaucoup de couleurs. Elle est dingue d’Anthony Vaccarello. Un jeune belge, issu de la Cambre, qui est devenu le créateur chez Yves Saint Laurent. Tout lui va à ce satané bout de femme. Je l’adore ».

Son album Raw

Le 18 janvier 2018, elle a sorti l'album RAW dont elle signe l’entièreté des textes et des musiques. Complètement home-made. J’ai été tenté de demander lors de notre rencontre si elle avait un nombril. Elle y raconte ses obsessions, ses joies, ses fragilités, ses peurs : le temps qui passe, l'abandon, le harcèlement, la rupture, la dépendance, l'intolérance, le renouveau, l'introspection...

Pour le réaliser, elle est d’abord partie à Londres pour plonger dans un studio très roots qui a conservé le matériel utilisé dans les années 1960 dans les studios d’Abbey Road.  Pour les plus jeunes, ce sont les studios où les Beatlles ont enregistré leurs disques. Un groupe anglais qui a connu sa petite période de gloire. Pour l’accompagner, elle travaille avec l’éblouissant collectif anglais transgressif et psychédélique funk & jazz The Heliocentrics. Les chansons sont jouées sans métronome, chantées d’une traite, sans découpage.

Elle poursuit l’expérience à Bruxelles et y enregistre l’autre partie de l’album dans les mythiques studios ICP, dans un décor plus confortable pour des sonorités plus modernes. Un autre outil fantastique bruxellois où tous les plus grands sont venus enregistrer.

Co-réalisé par Dimitri Tikovoï (Placebo, Marianne Faithfull…) et François Leboutte, son complice de la première heure, RAW est le fruit de nombreuses collaborations artistiques : Danton Supple (Coldplay, U2), Dave Eringa (The Who, Kylie Minogue), Erwin Autrique (Puggy, Calogero), Al O’Connel (Bruno Mars, Mark Ronson), Antoine Gaillet (M83, Julien Doré), Jean-François Assy (Bashung, Christophe)…

No 1 des ventes et presse unanime

Dès sa sortie, c'est un énorme succès. La presse est unanime et salue un album très réussi :
« Diamant brut, album très réussi, un pur régal pour les oreilles » , « Mission réussie haut la main », « Réussite de RAW, son premier album », « Oui, cette auteure-compositrice et interprète peut être fière de ce premier album »...

La semaine suivante, l'album arrive en tête du classement des meilleures ventes d'albums.
Le 26 janvier, elle était nommée pour la deuxième année consécutive dans la catégorie "Artiste Féminine de l'Année" aux Décibels Music Awards. Prix qu’elle ne remporte pas. « C’est un jeu. C’est génial de le gagner mais ce n’est pas un drame si je ne le gagne pas » souligne-t-elle avec un large sourire.

 

Une vie normale

L’artiste veut à tout moment garder la tête froide. Ne pas s’emporter. Rester sur terre. Tout son entourage a cette mission. Sa came, ce sont les concerts. Dans les salles mais aussi dans les événements privés. N’allez pas traîner au Jeux d’Hiver dans l’espoir de la rencontrer. Elle sort très peu et dans des endroits calmes.

C’est une dingue de la nourriture thaï. Elle protège sa vie privée avec un beau joker. Elle se balade régulièrement dans la forêt de Soignes qu’elle trouve sublime. Une petite nana comme tant d’autres mais sous la lumière, c’est un diamant brut qui rayonne dans le monde. Elle a tout d’une future grande.

 

Bête de scène

Le vendredi 5 octobre, elle franchira une étape importante avec un concert à l’Ancienne Belgique. Mais d’ici là, allez visitez son site internet pour la voir en concert : www.typhbarrow.net
Je meurs d’envie de voir cette sacrée jeune femme seule sur scène. Elle joue un peu partout en Belgique. On s’y donne rendez-vous ?

Typh Barrow interview brabant wallon
Lu 629 fois
Notez