WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.

Seul sur sa planète alvéolée…

Le golf avec 55.000 membres est le 6e sport pratiqué en Belgique. Plus de 60 millions de golfeurs le situe à une très belle 4e place dont 6,9 millions en Europe et plus de 32.000 parcours répartis sur notre planète dont 13 parcours de 18 trous dans le Brabant Wallon.



Seul sur sa planète alvéolée…
La Ryder Cup, tout belge sait maintenant que c’est le 3e événement sportif mondial au niveau télévisuel avec 750 millions de téléspectateurs. Si on vous dit en plus que lors des prochains Jeux Olympiques, le golf fait son retour, vous aurez compris que le golf devient un sport incontournable et surtout populaire dans le monde.

Seul sur sa planète alvéolée…
Nicolas Colsaerts, né à Bruxelles, vient de fêter ses 30 ans et il brille de mille feux sur la planète golfique. C’est un phénomène par son talent, sa touche de balle et une longueur qui lui vaut deux surnoms. Un officiel sur le circuit : Belgian Bomber.

Un plus folklorique dans le monde du golf belge grâce au camarade Alain Jeukens : Den Kartache Peij.

En participant à 33 tournois en 2012, il a parcouru à pied plus de 2.000 kilomètres en foulant les plus beaux fairways du monde. On peut dés lors comprendre qu’après avoir été champion du Monde de Match-play, intégré le saint du saint dans l’équipe européenne qui a terrassé les américains sur leur territoire avec une victoire inouïe face à Tiger Woods, c’est un de nos plus beaux fleurons du sport belge actuel.

Seul sur sa planète alvéolée…
Nicolas Colsaerts est très fier de voir flotter un drapeau belge sur un tournoi. Son arrière grand-père prit part aux Jeux Olympiques d’Anvers en 1920 et il lui tint à cœur de faire partie de la fête en 2016 au Brésil.

Nicolas a découvert le golf sur l’hippodrome de Boitsfort pour rejoindre le très sympathique club de Rigenée. Il y a rencontré celui qu’il le suit depuis comme coach technique : Michel Vanmeerbeek. C’est son fils Richard qui gère sa préparation physique dans son centre de Crossfit.

Seul sur sa planète alvéolée…
Vincent Borremans est d’abord son ami et confident avant d’être son agent. Vincent vit à Waterloo et il a tout fait dans le golf par passion. C’est un « tof » comme on dit en Belgique. Sa passion a porté Nicolas quand, durant une saison, le montant de ses gains se résumait à…. 8.000 euros.

Seul sur sa planète alvéolée…
Groupe complètement atypique sur le circuit face aux monstres du marketing sportif. L’entourage de Nicolas, c’est « les copains d’abord ».

Son ami d’enfance Jérôme Theunis le suit pas à pas pour l’aider dans la préparation des tournois, Blaise Erpicum est son osthéopathe et Philippe Gaudy est son photographe attitré depuis toujours. Ce sont les mêmes sponsors qui le soutiennent depuis des années. Souvent d’abord des amis passionnés.

Il a noué avec Brian Nilsson une amitié qui a créé sa deuxième famille en Thaïlande où vit son caddy australien.

Seul sur sa planète alvéolée…
Ses parents, résidents à Rixensart, le suivent parcimonieusement.

Danielle discrète tente de s’approprier avec son petit de 188 centimètres des petits moments de tendresse. Patrick est en éclaireur très loin devant pour voir arriver les balles.

Il use des dizaines de paires de ciseaux pour rassembler tout ce que la presse mondiale écrit sur leur prodige. Pas besoin de les trier. Ils sont tous positifs.

Seul sur sa planète alvéolée…
Nicolas est d’abord un gars gentil. Simple. Accessible. Humble. Drôle. Il suffit de le mettre devant un groupe de jeunes pour qu’il devienne dithyrambique avec des yeux qui brillent de mille feux. Il aime la vie. Il est avec son caractère belge très apprécié par la planète golf. Il a tout pour lui. Il est doué, il est gentil, il gagne, il est disponible, il aime le golf, … Tout porte à croire que le meilleur est à venir. Tout le monde s’accorde sur ce point.

Seul sur sa planète alvéolée…
En 2013, il peut, grâce à sa 35ème place mondiale, choisir ses tournois sur le circuit américain. Il jouera moins mais il sera dans des compétitions où sera réuni le gratin du golf mondial. Le père Noêl a apporté un cadeau formidable. Une invitation pour participer au Masters à Augusta au mois d’avril. S’il se prend une veste, c’est qu’il aura gagné la Green Jacket. Le rêve de tout golfeur.

Seul sur sa planète alvéolée…
Le golf reste pour lui un véritable plaisir comme plus ou moins 10.000 personnes dans le Brabant Wallon. Si vous voulez essayer sans vous prendre la tête, Wawa Magazine vous recommande un club accessible au sein duquel Nicolas a passé son adolescence soit le golf de Rigenée à Villers-la-Ville : www.rigenee.be, Nathalie@rigenee.be ou 071/87 77 65

Seul sur sa planète alvéolée…
Mini-interview de Nicolas

Quelles sont tes bonnes adresses dans le Brabant Wallon pour manger et boire un verre ?

Je vais vous étonner, mais je voyage beaucoup et je vois ce que font les autres : Je trouve que cela manque en qualité, en artisanat et simplicité. Les vraies frites, un véritable spécialiste en viande, un italien comme en Italie, un spare ribs digne de ce nom, une croquette aux crevettes comme aux Armes de Bruxelles à la belle époque. Il manque d’incontournables, d’institution sérieuse, un service efficace et aimable… ou bien, et c’est bien possible, je ne les pas encore rencontrés…

Seul sur sa planète alvéolée…
• Ton plat préféré ?

J’an ai plusieurs, mais quand je reviens en Belgique, il ne me faut que quelques heures pour me retrouver à une bonne table bruxelloise pour commander des croquettes crevettes et une sole meunière.

• Ta boisson favorite ?

Là encore, je vais pointer une exclusivité belge, non pas la gueuze car je ne bois jamais de bière mais bien l’Ice Tea pétillant qui n’existe que dans notre pays… un régal !

Seul sur sa planète alvéolée…
• Augusta. Cela évoque quoi pour toi ?

Le Masters c’est mythique, ce sont des souvenirs de jeunesse à regarder tard ce tournoi vissé à la télévision, la Veste Verte, la tradition, la beauté du parcours, y jouer est un rêve fou d’adolescent !

• Tes parcours préférés dans le monde ?

J’ai eu la chance de jouer Cypress Point, haut lieu de la célèbre 17 Miles Drive sur la péninsule de Monterrey, à côté de Pebble Beach, c’est le plus bel endroit que je connaisse. J’ai été ébloui, il faisait magnifique, ce fut un recueillement. En Europe, j’ai un faible pour l’Old Course de St Andrews et je trouve que le parcours dessiné par Ernie Els à Anahita est très certainement la perle de l’Océan Indien !

Pour tout savoir et suivre les performances et émotions de Nicolas Colsaerts, voici les liens importants :

Site internet : www.nicolascolsaerts.be
Sa page Facebook : www.facebook.com/nicolas.colsaerts

Jean-François de Lavareille
Lu 1099 fois
Notez