WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé.
Partager

Le slow sex à la rescousse de l’amour

Brabant wallon rubrique Sexo


A l’heure des fast food, de la 5G, des trains à grandes vitesses où on recherche toujours la rapidité… si les secrets d’une sexualité aussi intense qu’épanouissante étaient la lenteur ?



Le slow sex vous connaissez ?



C’est une méthode qui fait fureur (entre-autre) aux Etats-Unis qui nous invite à ralentir. Cette philosophie prône à ralentir, à une sexualité plus douce

Ce concept est né vers 1996 sous l’influence d’une sexologue, Dianna Richardson (auteure du livre, devenu best-seller,  Slow sex. Faire l’amour en conscience).
Il invite à ralentir la cadence, à être présent, conscient à chaque sensation de son corps.

Le slow, la lenteur est un art de vivre dans la vie quotidienne 
(profiter de chaque journée, arrêter de ruminer, pratiquer un art martial, etc.) et permet au couple d’avoir une forme de sexualité ou d’intimité qui se détache de la performance .

L’intention est de savourer l’instant. Cette pratique favorise la complicité de l’intime et permet de se connecter à ses sensations, à ses émotions et à son partenaire.


Elle favorise quelque chose de doux dans le couple et permet de renforcer la profondeur du lien mais pas seulement… il permet de faire découvrir une autre dimension de la sexualité comme de se libérer des conditionnements sexuels qui sont présents dans notre société.
 
Il ne s’agit donc pas d’ajouter quelque chose mais plutôt de revenir à l’essentiel, de se retirer de la tête que sans orgasme, l’acte sexuel n’est pas réussi.
 

 

C’est un peu retourner aux bases

Cette approche a comme avantage de libérer les partenaires de toute performance.
Le slow sex permet de se redécouvrir chaque jour, apaise et permet de changer l’ensemble de la qualité du quotidien du couple.

Finies les tensions ! 
Les mots-clés sont donc lenteur et être en pleine conscience.
On privilégie donc les longs préliminaires, les massages, l’écoute de ses sensations.
On prend le temps, on se crée une bulle et on savoure l’écoute des plaisirs que l’on ressent dans son corps.

C’est un peu retourner aux bases, lorsque Master et Johnson, les piliers de la sexologie ont élaboré le sensate focus qui une méthode d’exploration lente et consciente du corps.
 

Slow Sex aux hommes qui souffrent d’éjaculation précoce

Dans le cadre de ma pratique, j’encourage plus facilement le slow sex aux hommes qui souffrent d’éjaculation précoce où l’on peut constater une précipitation vers la pénétration et des mouvements rapides.
Pouvoir leur dire de faire des pauses et qu’elles peuvent être érotiques, de prendre le temps et de davantage moduler leur niveau de tension sexuelle et que cela leur permet de retarder le moment de l’éjaculation.
Cette pratique peut également être intéressante pour les partenaires qui sont ensemble depuis plusieurs années,  chez qui la sexualité peut être devenue monotone ou dans laquelle les partenaires oublient l’importance des préliminaires ou encore se précipiter vers la pénétration qui peuvent être déjà source de plaisir.

Attention, ce n’est pas la lenteur qui fait le couple vit une sexualité épanouie !

On peut très bien s’amuser dans des moments très courts et, à certains moments, avoir envie d’un quickie et, à d’autres moments, avoir envie de plus de lenteur. L’idéal est de rester à l’écoute de ce que l’on ressent sur le moment.
On peut avoir envie à certain moment que ça aille vite et à un autre moment, que ça soit plus long. On peut donc tout à fait alterner une sexualité « plus traditionnelle » et le slow sex.

Cette approche peut également être intéressante après un accouchement ou lorsque le corps commence à monter des signes de limites ou encore lorsqu’il y a des tensions et de se reconnecter à l’autre.
 

Vous voulez essayer et avoir quelques tips ?



La sexualité du couple pratiquant est donc complètement revenue dans ce cadre et est très éloignée des diktats et la multiplication des positions.

L’investissement est différent. On pourrait y voir une dimension spirituelle proche du tantrisme.
Par exemple, je préconise souvent de prendre des rendez-vous amoureux et de consacrer ces plages de temps au couple et d’échapper à la routine.

Cela ne va pas nécessairement jusqu’à la sexualité. Il y a la tendresse, la spiritualité et la sexualité et on choisit de déplacer (ou pas ) le curseur.
Si la pénétration n’est pas le rapport sexuel, le courant du slow sex le rappelle encore plus ! 
 
Vous voulez essayer et avoir quelques tips ? 
  • Miser sur l’arrangement sensoriel (odeurs, couleurs, matière, luminosité, musique douce…)
  • Arranger les lieux ;
  • Avoir le temps ;
  • Miser sur la lenteur, votre plaisir n’en sera que décuplé (on peut être coquin et être d’une lenteur absolue) ;
  • Parler, être attentif au désir de l’autre, communiquer sur son ressenti et celui de l’autre ;
  • Se regarder et se dire des mots tendres ;
  • Sortir de nos schémas et enlever la pression associée ;
  • Miser sur le voyage et non sur la destination ;
  • Ressentir et communiquer
A vous de jouer !
 
 
Pour aller plus loin :Le slow sex, s'aimer en pleine conscience, Anne et Jean-François Descombes, éd. Marabout, 6,90€
 
Marie-Eve GREMMENS
 Sexologue - Hypnothérapeute - Coach
http://marie-eve-gremmens.be

Brabant wallon rubrique Sexo par Marie-Eve Gremmens
Lu 717 fois
Notez